COVID-19 et le cancer colorectal Obtenir Les Faits

Bannière vivre avec le cancer Bannière vivre avec le cancer

VIVRE AVEC LE CANCER COLORECTAL

Recevoir un diagnostic de cancer, quel qu’il soit, est une expérience traumatisante. Ce diagnostic changera votre vie. Mais il n’a pas à l’empoisonner. Vous pouvez toujours contrôler de nombreux aspects de ce parcours difficile. L’un des éléments clés qui vous permettront de faire la part des choses est d’apprendre à gérer la façon dont votre cancer colorectal bouleverse votre vie physique et émotionnelle. Le fait de rester fort – physiquement et mentalement – vous aidera à continuer de vivre votre vie, pendant et après votre traitement.

Rappelez-vous que les survivants sont très nombreux, et que vous n’avez pas à traverser cette épreuve seul. Vous pouvez vous fier à votre famille, à vos amis, à votre équipe de soutien médicale et à d’autres personnes qui ont été témoins de votre expérience. Assurez-vous d’être accompagné lors de vos rendez-vous médicaux, de façon à comprendre ce qui vous arrive. Profitez de l’offre d’un ami qui souhaite vous aider dans vos activités quotidiennes. Avoir quelqu’un qui s’occupera de votre magasinage ou qui vous apportera votre souper peut vraiment changer les choses. Vous trouverez ci-dessous certains renseignements et conseils sur la façon de demeurer en santé, pendant et après votre traitement.

ACTIVITÉ

Demeurer actif physiquement est bon pour vous. L’exercice est important, puisqu’il vous permet de hausser votre niveau d’énergie et d’améliorer votre bien-être émotionnel global. Vous n’avez toutefois pas à vous entraîner comme vous le feriez pour un marathon pour retirer des bienfaits de l’exercice. Des activités aussi simples que la marche ou le jardinage peuvent suffire. Tout ce qui vous amène à bouger peut vous donner de l’énergie, stimuler votre appétit et diminuer votre niveau de stress. En plus de vous permettre de demeurer actif, des activités de groupe comme le golf ou le curling vous amèneront à côtoyer d’autres personnes.

Écoutez votre corps et assurez-vous de ne pas vous épuiser. Faites ce qui vous semble approprié. Faites de l’exercice uniquement si cela vous semble une bonne idée, et reposez-vous fréquemment. Vous voudrez peut-être demander à votre médecin ou à votre infirmière de vous suggérer des types d’activités qui vous conviendront davantage.

APPARENCE

Certains traitements anticancéreux amènent des patients à se sentir moins attirants physiquement. Fatigue, perte de cheveux, problèmes cutanés ou ongles cassants : vous aurez peut-être l’impression que le sort s’acharne sur vous. La bonne nouvelle, c’est que ces effets secondaires sont temporaires et cesseront de se manifester peu après la fin de votre traitement. Il existe diverses façons de gérer certains de ces changements. Demandez à votre équipe médicale comment prendre soin de votre peau durant votre traitement contre le cancer.

Le programme Belle et bien dans sa peau® est un programme national gratuit qui aide les femmes atteintes d’un cancer à composer avec les effets de leur traitement sur leur apparence. Si vous souhaitez en savoir plus sur les consultations et ateliers beauté offerts par le programme, veuillez appeler au 1 800 914-5665 ou vous rendre à l’adresse lgfb.ca.

Si vous devez subir une chimiothérapie, demandez à votre médecin ou à votre infirmière si les médicaments que vous prendrez sont susceptibles de vous faire perdre vos cheveux. Si c’est le cas, vous voudrez peut-être prévoir ce que vous ferez : certaines patientes décident de couvrir leur tête d’un foulard, d’un chapeau ou d’une perruque. D’autres choisissent de ne rien faire. À vous de choisir. Parlez avec votre infirmière si vous souhaitez faire l’achat d’une perruque. Elle pourra vous aider à trouver un magasin qui fait fréquemment affaire avec des patientes cancéreuses et vous dire si vous êtes admissible à un crédit d’impôt pour l’achat de votre perruque ou si vous pouvez faire une réclamation d’assurance à ce sujet.

ALIMENTATION

Vous constaterez peut-être que vous n’avez plus le même appétit durant votre traitement. Vous voudrez peut-être manger plus ou moins qu’avant. Le stress ou les médicaments que vous prenez seront peut-être à l’origine de ces changements. Il se peut également que vous trouviez que les aliments n’ont plus le même goût qu’avant. Il arrive que des patients subissant une chimiothérapie trouvent que certains aliments ont désormais un goût métallique.

Pour demeurer en santé, il faut, entre autres, avoir une alimentation équilibrée. En mangeant bien, vous aurez plus d’énergie et trouverez la force de faire face à la situation. De plus, en vous alimentant de façon équilibrée, vous maintiendrez plus facilement un poids idéal. Si vous souhaitez perdre du poids, sachez qu’il vous est recommandé d’attendre la fin de votre traitement. À ce moment, vous devriez parler à votre infirmière ou à votre médecin afin de déterminer s’il est approprié que vous commenciez à perdre du poids, et comment vous devriez le faire.

Vous trouvez que vous avez moins d’appétit? Voici quelques conseils qui vous aideront peut-être à vous assurer d’avoir suffisamment d’énergie :

  • Mangez plusieurs petits repas dans la journée plutôt que trois gros repas. Dès que vous avez faim, mangez quelque chose. Ayez toujours des collations santé à portée de main.
  • Pour stimuler votre appétit, allez marcher ou faites de l’exercice avant votre repas.
  • Évitez le café et le thé. Buvez plutôt du lait, des laits frappés ou du jus.
  • Si vous constatez que la viande a un goût amer, essayez de la mariner avant de la faire cuire. Le fait de manger avec des couverts de plastique plutôt que de métal peut également aider. Si le goût amer persiste et que vous ne voulez plus manger de viande, essayez d’autres aliments riches en protéines : le poulet, les produits laitiers, le jambon, les œufs, le poisson, les grains entiers, les légumineuses, le tofu et les boissons de soja constituent de bonnes options de rechange.
  • Trouvez de l’inspiration dans l’un des nombreux livres de recettes traitant du cancer. Demandez à votre diététiste de vous en recommander un.
  • Si vous trouvez que vous avez plus d’appétit, parlez à votre médecin, à votre infirmière ou à votre diététiste de la façon de prévenir un gain de poids potentiel.

MÉDICAMENTS

Certains médicaments, par exemple l’acide acétylsalicylique et les médicaments en vente libre contre les brûlures d’estomac, peuvent nuire à votre traitement anticancéreux. Avant de prendre un médicament, vérifiez avec votre médecin ou votre infirmière qu’il n’aura pas d’effet négatif sur votre traitement contre le cancer. Il est possible que vous preniez déjà plusieurs médicaments dans le cadre de votre traitement. En cas d’urgence, le personnel médical voudra connaître les médicaments que vous prenez. Avoir une liste de vos médicaments vous permettra de répondre beaucoup plus facilement à cette question. Gardez donc une liste de la taille d’une carte de crédit dans votre portefeuille ou votre sac à main et mettez-la à jour au besoin. Vous pourriez également en donner une copie à la personne susceptible de vous accompagner lors de vos rendez-vous ou en cas d’urgence.

SANTÉ MENTALE ET DÉPRESSION

Une partie de votre bien-être physique dépend de votre bien-être émotionnel. Si vous vous sentez bien mentalement et émotionnellement, vous serez plus à même de relever les défis auxquels est exposé votre organisme. Vivre avec le cancer peut être difficile sur le plan émotionnel. Vous songerez peut-être à des questions de vie ou de mort et examinerez vos relations avec votre entourage. Chez certains patients cancéreux, les défis émotionnels de la lutte contre le cancer peuvent mener à une tristesse profonde ou à une dépression. Les inquiétudes et l’anxiété associées au cancer peuvent également entraîner une dépression. Vos médicaments provoqueront peut-être des sautes d’humeur. Si vous vous sentez déprimé pour une raison ou une autre, demandez de l’aide. Votre équipe de soutien sait que la lutte contre le cancer peut être émotionnellement difficile, et est là pour vous aider. N’hésitez pas à lui parler de vos sentiments.

RELATIONS SEXUELLES ET SEXUALITÉ

Votre corps subira des changements durant votre traitement. Ces changements ne seront peut-être pas visibles, mais vous vous sentirez différent. Certains patients atteints d’un cancer colorectal trouveront leur traitement très stressant ou très fatigant, et n’auront plus autant d’intérêt pour les relations sexuelles. D’autres ne percevront aucune différence par rapport à ce qu’ils vivaient avant leur traitement. Certaines personnes remarqueront pourtant que cette expérience les aura rapprochées de leur partenaire. Comme les réponses au traitement, les sentiments à l’égard des relations sexuelles varient selon chaque individu. Si vous avez l’impression que votre désir sexuel est moins intense qu’à l’habitude, sachez qu’il s’agit probablement d’une situation temporaire. Les traitements anticancéreux peuvent être très durs pour le corps, et il faudra peut-être un certain temps avant que la situation revienne à la normale. Parlez avec votre partenaire et faites-lui part de ce que vous ressentez : maintenir une bonne communication au cours de cette période est essentiel.

Il se peut que les femmes ressentent une sécheresse, des brûlures ou des démangeaisons vaginales découlant de la chimiothérapie. L’utilisation d’un lubrifiant personnel pourra augmenter votre niveau de confort, particulièrement lors des relations sexuelles. Des cycles menstruels irréguliers sont un autre effet secondaire de la chimiothérapie. Certaines femmes verront même leurs menstruations s’arrêter complètement. Une fois la chimiothérapie terminée, il est possible qu’elles réapparaissent.

GROSSESSE ET FERTILITÉ

Il n’est pas recommandé de tomber enceinte durant votre traitement anticancéreux, puisque les médicaments ou autres traitements sont susceptibles de nuire au bébé à naître. S’il est possible que vous deveniez enceinte, il est important que vous utilisiez un moyen de contraception. Parlez à votre médecin ou à votre infirmière des meilleurs moyens de contraception pour votre partenaire et vous-même.

Si vous envisagez d’avoir des enfants dans l’avenir, il importe que vous sachiez certaines choses. À long terme, il est possible que la chimiothérapie entraîne la stérilité ou une ménopause prématurée. Ce risque varie en fonction du type de chimiothérapie reçue et de votre âge. Discutez avec votre médecin afin de mieux connaître votre niveau de risque personnel et de voir si vous devriez considérer le recours à l’entreposage de sperme ou au prélèvement d’ovules.

ÉVITER L’EXPOSITION AU SOLEIL

La chimiothérapie et la radiothérapie vous rendront plus sensible au soleil. Il est donc important que vous vous en protégiez. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un écran solaire et porter un chapeau à large rebord, des hauts à manches longues, des pantalons longs ainsi que des lunettes fumées.

Assurez-vous particulièrement de vous protéger du soleil durant votre radiothérapie, et jusqu’à six mois après.

TRAVAIL

Le moment où vous retournerez au travail dépend entièrement de vous. Si vous subissez une chimiothérapie, vous voudrez peut-être attendre d’avoir terminé un ou deux mois de traitement et de voir la mesure dans laquelle vous en êtes affecté. Il est possible que vous constatiez que vous avez besoin de vous reposer plus longtemps, ou au contraire très peu. Chaque patient réagit différemment à un traitement anticancéreux. Écoutez votre corps et prenez le temps de récupérer. Ainsi, vous retournerez au travail en bonne forme.

Certains patients auront l’impression de pouvoir continuer de travailler alors qu’ils subissent une chimiothérapie. Il s’agit là d’un sujet dont vous devriez discuter avec votre médecin. Il est essentiel que vous n’en fassiez pas trop, de façon à ne pas vous épuiser. Vous devrez, de plus, éviter les contacts avec les personnes enrhumées, puisque votre système immunitaire sera éprouvé par votre traitement.

Elderly people in group setting Elderly people in group setting

CANCER EN RÉMISSION

La rémission peut sembler une victoire incomplète. Le fait de devoir composer avec la possibilité d’un retour du cancer peut être très stressant. Personne n’aime imaginer qu’il aura à lutter contre cet ennemi une deuxième fois. La chose la plus importante que vous puissiez faire, c’est de prendre soin de vous. Faites de votre mieux pour maintenir un style de vie équilibré, et mettez en pratique les conseils de votre médecin en ce qui concerne vos suivis médicaux. Se sentir en santé signifie, entre autres, de porter attention à vos inquiétudes relatives à la réapparition de votre cancer. Vous voudrez peut-être parler à vos amis et à votre famille de ces inquiétudes, ou entrer en contact avec d’autres patients ou survivants qui se sont retrouvés dans une situation semblable à la vôtre. Demandez à votre médecin ou à votre infirmière comment vous pourriez communiquer avec un groupe de patients ou un conseiller.

COMMANDITAIRES